NOS FONDATEURS

2015-12-10_0012.jpg

Née à Montréal, Cheryl Walker a toujours entretenu un désir d’aider les enfants et d’améliorer le sort des familles vulnérables. C’est pourquoi elle rêvait de travailler auprès des communautés africaines, contribuant sans relâche au bien-être des gens. Elle a épousé un Congolais, Lambert Laki‑Laka, avec qui elle a rapidement fondé une famille. Lorsque Lambert a reçu une offre d’emploi au sein d’une entreprise du Congo en 2004, ils n’ont pas hésité longtemps. Ils ont vendu la maison qu’ils venaient de construire et déménagé à Pointe-Noire avec leurs trois jeunes garçons. Ils se disaient que la vie est courte et qu’ils ne voulaient pas laisser la peur les empêcher de changer les choses.

À leur arrivée au Congo, le couple a été sidéré par le contraste qui existait entre la beauté absolue des lieux et la pauvreté extrême des gens; pour Cheryl, une telle souffrance était difficile à intégrer. Secouée par ce choc culturel profond, en plus de la maladie, de l’isolement et d’une série de défis auxquels elle a été confrontée, la famille est revenue au Canada alors que Cheryl attendait son quatrième enfant.

Une fois de retour au Canada, Cheryl et Lambert ont tous deux senti qu’ils faisaient fausse route… Ils ont réalisé qu’ils ne pourraient pas poursuivre leur vie dans le confort du Canada en oubliant tout ce dont ils avaient été témoins au Congo. Un nouveau sens pour leur existence était en train de prendre forme.

Convaincu que sa mission était de créer, en République du Congo, un endroit plus favorable aux enfants abandonnés et vulnérables, le couple Laki-Laka a rencontré divers officiels du gouvernement et obtenu de leur part des lettres les autorisant à établir un organisme de bienfaisance. Portés par cet objectif et leur nouvelle orientation, ils sont parvenus – la même année – à réunir une superbe équipe et à obtenir le statut d’organisme de charité enregistré au Canada. L’organisme a ensuite précisé ses domaines d’intervention en priorisant les enfants orphelins et les femmes vulnérables. En juin 2014, Villages Mwana ouvrait les portes du premier Refuge Mwana.


NOTRE HISTOIRE

Villages Mwana est l’histoire d’un rêve devenu réalité : aider un enfant à la fois. En congolais, « Mwana » signifie « enfant », et la volonté d’affirmer la beauté et la dignité de chaque vie, particulièrement celle des orphelins et des personnes vulnérables, est ce qui a permis à l’organisme d’être ce qu’il est devenu aujourd’hui. En savoir plus sur nos cofondateurs, leur expérience personnelle de la compassion transformée en détermination.

2010    À la suite d’un voyage de recherche au Congo pour cerner les domaines où les besoins sont les plus importants, les cofondateurs Cheryl (Canadienne) et Lambert (Congolais) Laki-Laka, accompagnés d’une petite équipe de membres du conseil d’administration, ont fondé Villages Mwana, un organisme à but non lucratif basé au Canada. Un partenariat avec le pasteur local pour construire un abri Siloé pour les enfants des rues.

2012    La famille Laki-Laka s’est installée au Congo avec leurs six enfants à titre de missionnaires autonomes. Villages Mwana a entrepris le soutien global des familles marginalisées et vulnérables de la collectivité.

2014   Ouverture de la Maison Mwana, un refuge pour les orphelins et les enfants vulnérables. Embauche d’un personnel congolais à part entière en tant que soignants, gérant de maison et agent de liaison communautaire.

2015    Mwana est enregistrée aux É.-U. comme organisme à but non lucratif et engage un dialogue sans précédent avec des représentants judiciaires et gouvernementaux au Congo pour traiter des problèmes tels que le trafic d’enfants et pour échanger sur les bonnes pratiques de soins globaux et éthiques de haut niveau pour les orphelins. (I would present this more as an exchange with the government than something coming from Mwana to the government in order to be diplomatic).

2016    Cérémonie d’inauguration du site de Villages Mwana à Bouansa, futur site agricole autosuffisant; don de deux parcelles de terrain à Nkayi, au Congo; invitation à reproduire le modèle de soins aux enfants dans tout le pays.

2017    Achat d’un terrain à Pointe-Noire pour construire un Refuge permanent pour Mwana et un centre national pour nos activités dans le pays. Cinq enfants ont rejoint leurs familles adoptives pour toujours. Le nombre d’enfants et de familles aidés a doublé par rapport à l’année précédente.

2018    Mwana est officiellement enregistré en France.